Explo au Gouffre Pater – 8 mars 2013

Posted by on 18 Mar 2013 in Actualités, CR, Photos | 2 comments

Explo au Gouffre Pater – 8 mars 2013

Gouffre PATER

Avec Thierry (GSAM), Thomas (ASCR) et Manu

CR par Thomas

Vendredi 8 mars, rendez-vous est donné à 9h sur place.

Premiers arrivés…

Thierry et Thomas commencent à descendre

En bas du P10 d’entrée ils se rendent compte que le P40 a été déséquipé lors de la dernière séance (il faudra penser à mettre à jour le listing des cavités équipées).

Entrée du gouffre

Thomas remonte à la voiture pour chercher une corde, Manu arrive à ce moment là après avroi chargé les batteries du perfo. Il est convenu que Thierry et Thomas équipent le puits pendant que Manu se prépare. Puis tout le monde se rejoint au fond.

Descente sans encombre pour les uns, plus difficile pour les autres: Thierry se coince dans le petit puits étroit au début du méandre du fond. Il sera secouru par Manu qui arrive à ce moment là. La bonne vieille méthode qui consiste à se débarrasser de tout ce qui gêne devant soi, a encore fait ses preuves !

Vers le dernier ressaut exploré

Au fond

Le double chantier de la dernière fois a bien fonctionné et il n’y a presque rien à déblayer, tout est tombé dans le puits. Après avoir fait tomber les quelques cailloux encore en place, je parviens à descendre.

En bas, c’est un petit puits de 2m dans lequel l’eau chute. Il faut se coller à la paroi opposée pour ne pas être trop mouillé.

La suite est impénétrable !!

Pour changer !!

Une diaclase étroite (20cm) longue de 3m avec vue sur un puits dans lequel les cailloux envoyés chutent d’au moins 5m, voire 15m selon Manu car on entend pendant plusieurs secondes des rebonds successifs en parois. il faudrait voir pour en avoir le coeur net !

Pendant que Thierry et Thomas commencent à percer, Manu remonte pour revoir l’équipement du petit puits en début de méandre.

Préparation des festivités

Mise en place de deux spits pour éviter une descente étroite dans le méandre : on se salit, la corde frotte un peu sur la paroi mais on ne se coince plus du tout… C’est Thierry qui va être content.

Une fois les travaux terminés au fond et le puits ré-équipé, on entame la remontée. Petite pause en bas du P40 pour une déclencher une vibration efficace, qui part du premier coup. Mission réussie !

Mais sous terre comme en montagne, tant qu’on n’est pas sorti… ça n’est pas fini !

Manu commence la remontée du grand puits en premier, suivi de Thierry.

Lorsque Thierry arrive au fractio il me propose de m’envoyer son pantin (car je n’ai pas pris le mien qui est cassé). Il me l’envoie sur la corde, je l’installe sur ma botte et commence la remontée.

Quand soudain…

Après 4 ou 5 brassées, un grand « BANG ! », je me retrouve satellisé les bras ballants sans trop comprendre ce qui vient de se passer…

Le puits de 45 m

J’ai d’abord cru à une rupture de la corde, mais non je suis toujours suspendu ! Je vois ensuite mon gant droit en sang, « Aïe y’a de la casse« … J’enlève le gant pour voir l’étendue des dégâts (je vous fais grâce des détails). Je commence à paniquer un peu. Je cherche d’autres blessures. À part mes cuisses un peu ankylosées, rien d’autre ne semble cassé. Une pierre a dû tomber de la paroi du puits et m’est tombée dessus sans prévenir.

Il faut maintenant prendre une décision. Vu que j’étais à 3m du sol, j’ai d’abord pensé à redescendre pour me mettre dans un coin et attendre l’aide des copains. Mais l’idée d’attendre de longues heures dans le froid et l’humidité avec la blessure et le risque de voir remonter les gaz de tir ne me plaisait gère. Devoir faire une conversion avec une seule main a fini de me convaincre !

Après un bref échange avec Manu (déjà en surface), relayé par Thierry, je décide de sortir par mes propres moyens, rapidement, pour bénéficier de l’effet « adrénaline » qui ne durera pas…

Il faut dire aussi que j’avais vu le film « 127 heures » deux jours plus tôt ! Film tiré d’une histoire vraie où le gars se coupe le bras pour se sortir d’un canyon… Alors moi avec mon pouce cassé j’allais bien remonter du fond de ce *** gouffre !!

La sortie c’est en haut ! 

Thierry dans le méandre

Je prends donc mon courage à une main et je continue de monter. À mi-puits je m’aperçois que j’ai deux kits: celui avec le perfo et l’autre avec le rab de corde du grand puits et quelques amarrages. Je jette le kit de cordes pour m’alléger. Je pense à faire un nœud sur la corde pour abandonner le kit perfo que je ne voulais pas jeter, mais avec une seule main valide impossible de faire le nœud. Tant pis je laisserai le kit au fractio. Je poursuis donc la montée avec un seul kit.

La montée se déroule non sans difficultés, je laisse échapper quelques jurons et gémissements.

Au fractio, je n’arrive pas à enlever le croll du premier coup, ça me stresse. Non je ne vais pas rester là ! Après quelques contorsions j’arrive à passer. Dans la panique du fractio, j’oublie d’y laisser le kit. Cette fois je suis en haut et j’arrive à le passer à Thierry qui était remonté un peu pour me libérer de la place en tête de puits.

Thierry évacue le kit et je le suis dans le boyau. Au pied du P10 d’entrée je sens mes forces diminuer. J’attaque la montée au plus vite. Manu est en haut et m’attend, prêt à me réconforter. Il a déjà élaboré un plan pour me conduire à l’hôpital et gérer le rapatriement de ma voiture.

Ensuite tout s’enchaine : Rechange rapide, route vers l’hôpital, les urgences où la prise en charge est immédiate, et opération dans la soirée.

3 jours d’hospitalisation et je sors avec une fracture de l’index et une « belle » luxation du pouce.

Repos obligatoire pendant plusieurs mois, mais ce n’est que pour repartir de plus belle 😉

Parfois, il y a un mélange de chance et de malchance. C’est un peu le cas dans cette aventure. Ca aurait pu être pire si, par exemple, la pierre était tombée sur le casque… et ça aurait pu être une simple pierre qui tombe dans le puits, et n’aurait que sifflée aux oreilles de Thomas…

La suite

Mercredi 13 mars, Pierre et Gaby sont retournés dans le gouffre pour déséquiper le P40 et purger les blocs encore instables. Ils ont fait un énorme travail de sécurisation.

Il faudra prévoir une séance en avril pour poursuivre au fond, et installer une ligne 230v pour plus d’efficacité.

Compte-rendu à trois mains.
Thomas -en convalescence- & Manu, avec une relecture de Laurence

Photos de Manu

Photos de Thierry

2 Comments

  1. La spéléo ça peut faire mal !

    • Bon rétablissement Thom!! Nous t’envoyons du soleil de la motte pour te requinquer!

      Bisous et à bientôt!

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *